SAINT LAURENT DU VAR

COEUR CALLISTE

Lancement
logo de la residence
175 rue du Plateau Callisté 06700 SAINT LAURENT DU VAR
m2 Du 2 pièces à 4 pièces
Visite virtuelle
Site dédié

D’architecture résolument contemporaine, la résidence « Coeur
Callisté » allie modernité avec des lignes de caractère en ton
naturel et nuances de beige. Son architecture est pensée pour vous
offrir les plus beaux panoramas tout en assurant une harmonieuse
insertion dans son environnement naturel.
Du 2 au 4 pièces, cette résidence intimiste de 3 étages abrite 12
logements pensés pour vous offrir le meilleur du confort avec des
espaces optimisés et très lumineux. Prolongés de grands jardins
privatifs et balcons, vous profiterez d’une vue dégagée sur les
espaces verts arborés de nombreux orangers et oliviers. Ce cadre
résidentiel d’exception est gage d’un art de vivre agréable au
quotidien et d’un investissement pérenne.

Coeur calliste-plaquette_validé

Lire plus

Les points forts

Larges terrasses et balcons
Résidence calme
Une bonne exposition
Parking privatif
Petite résidence
Espaces de vie optimisés
Voir plus des photos
image alt image alt image alt image alt image alt image alt image alt
t2 à partir de 42 m² à partir de 241 000 euros*
t3 à partir de 63.7 m² à partir de 344 000 euros*
t4 à partir de 83.15 m² à partir de 446 000 euros*
* surface à partir de, prix hors parking, garage et cave
Télécharger la brochure










    Venez nous rendre visite

    175 avenue du Plateau Calliste 06700 SAINT LAURENT DU VAR

    Bureau de vente sur place, sur rendez-vous:

    Anthony: 06 09 55 94 87

    Gérard:06 34 59 32 40

    Demander des informations

    Autres programmes immobiliers


    * Article L122-23 – Créé par LOI n°2016-1691 du 9 décembre 2016 – art. 78 Toute publicité relative à une opération d’acquisition de logement destiné à la location et susceptible de bénéficier des dispositions prévues aux articles 199 tervicies, 199 sexvicies et 199 novovicies du code général des impôts :
    1° Permet raisonnablement de comprendre les risques afférents à l’investissement ;
    2° Comporte une mention indiquant que « Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales », qui doit :
    a) Figurer dans une taille de caractères au moins aussi importante que celle utilisée pour indiquer toute autre information relative aux caractéristiques de l’investissement ;
    b) S’inscrire dans le corps principal du texte publicitaire.
    Tout manquement aux dispositions du présent article est passible d’une amende administrative dont le montant ne peut excéder 100 000 €.
    L’amende est prononcée dans les conditions prévues au chapitre II du titre II du livre V du présent code.

    ** Article L311-5 Modifié par LOI n°2014-344 du 17 mars 2014 – art. 41 Abrogé par Ordonnance n°2016-301 du 14 mars 2016 – art. 34 (V)
    Dans toute publicité écrite, quel que soit le support utilisé, les informations relatives au taux annuel effectif global, à sa nature fixe, variable ou révisable, au montant total dû par l’emprunteur et au montant des échéances, ainsi que la mention visée au dernier alinéa, doivent figurer dans une taille de caractère plus importante que celle utilisée pour indiquer toute autre information relative aux caractéristiques du financement, notamment le taux promotionnel, et s’inscrire dans le corps principal du texte publicitaire. Lorsqu’une publicité est adressée par voie postale ou par courrier électronique, distribuée directement à domicile ou sur la voie publique, le document envoyé au consommateur lui rappelle de façon claire, précise et visible son droit de s’opposer sans frais à l’utilisation de ses données personnelles à des fins de prospection ainsi que les modalités d’exercice de ce droit. Lorsque cette publicité indique un taux d’intérêt ou des informations chiffrées liées au coût du crédit, les informations mentionnées au premier alinéa doivent figurer, sous forme d’encadré, en en-tête du texte publicitaire. Il est interdit dans toute publicité d’indiquer qu’une opération ou un contrat de crédit, ou une opération de crédit consistant à regrouper des crédits antérieurs peut être consenti sans élément d’information permettant d’apprécier la situation financière de l’emprunteur, ou de laisser entendre que le prêt améliore la situation financière ou le budget de l’emprunteur, entraîne une augmentation de ressources, constitue un substitut d’épargne ou accorde une réserve automatique d’argent immédiatement disponible sans contrepartie financière identifiable. Lorsqu’une publicité compare le montant des échéances d’un ou plusieurs crédits antérieurs, et le cas échéant d’autres dettes, à celui d’une échéance résultant d’une opération de regroupement de crédits, elle mentionne de manière claire et apparente, d’une part, la somme des coûts totaux des crédits antérieurs et, d’autre part, le coût total du crédit postérieur à l’opération précitée. Il est interdit également dans toute publicité de mentionner l’existence d’une période de franchise de paiement de loyers ou de remboursement des échéances du crédit supérieure à trois mois. Cette interdiction ne s’applique pas aux prêts aidés par l’Etat destinés au financement d’une formation à la conduite et à la sécurité routière et aux prêts garantis par l’Etat destinés au financement de leurs études par les étudiants. Il est interdit dans toute publicité de proposer sous quelque forme que ce soit des lots promotionnels liés à l’acceptation d’une offre préalable de crédit. Toute publicité, à l’exception des publicités radiodiffusées, contient, quel que soit le support utilisé, la mention suivante : « Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager ».